Jean-Raoul Lumpungu (lumpunguraoul@gmail.com)

L’histoire de la naissance de l’humanité en Afrique est absente dans les manuels scolaires. Cette absence n’est pas le fait de l’ignorance des hommes, mais d’une volonté délibérée de cacher l’histoire de l’humanité. D’où le besoin d’élucider le contexte historique de la naissance de l’humanité en Afrique, étude qui est menée à travers les points suivants : 1.Circonstance historique de la naissance de l’humanité en Afrique.2. Thèorie et Mythe pour effacer et remplacer la naissance de l’humanité en Afrique. 

1.Circonstance historique de la naissance de l’humanité en Afrique 

Il est largement reconnu que l’Afrique est le berceau de l’humanité. Car, l’histoire de la naissance de l’humanité en Afrique a été élucidée par les humanistes de la renaissance.

Cependant, l’histoire de la naissance de l’humanité en Afrique n‘est étudié ni dans les écoles, ni dans les universités parce-que l’occident a décrété l’Afrique comme « continent sans histoire » cela pour cacher cette histoire.

 Par conséquent, la naissance de l’humanité en Afrique a toujours été étudiée sous l’angle d’une théorie : l’évolution.

Ceci étant, pour connaitre le contexte historique de la naissance de l’humanité en Afrique, il sied de recourir à une autre approche : l’approche socio-historique. L’approche socio- historique vise à produire un récit montrant comment, à travers   le déroulement du temps, on en est arrivé à certaines pratiques (Gérard fourez).

De ce fait, pour savoir le contexte historique de la naissance de l’humanité en Afrique, il faut primo définir l’humanité et secundo, se référer à un récit. L’académie française définit l’humanité comme étant « l’altruisme, la bienveillance à l’égard des autres » (Dictionnaire Hachette 2015). Dans cette perspective, il sied de circonscrire  l’histoire de la naissance de l’humanité en Afrique dans le sens  de la recherche du contexte historique de la naissance de l’humanité et de ses valeurs notamment la solidarité, l’hospitalité, la non-violence… 

L’histoire est un récit, elle est la construction d’une image du passé par des historiens et historiennes qui tentent de décrire, d’expliquer ou de faire revivre des temps révolus. Ce récit historique n’est pas construit par intuition intellectuelle, mais à partir de sources. L’histoire s’attache avec ces sources à reconstruire plusieurs pans du passé.

Un récit nous permet de connaitre le contexte historique de la naissance de l’humanité et ses valeurs en Afrique : le récit de la stèle de la famine. Ce récit relate le fait que l’humanité est née ou apparue en Afrique dans le contexte historique d’une crise climatique : celui des sept ans de sécheresse.

 En effet, grâce aux valeurs de l’humanité, notamment la solidarité, des provisions ont été accumulées et épargnées dans des greniers grâce à la contribution de tous les égyptiens.

 Ceci étant, au temps de la famine mondiale, l’Egypte, terre d’Afrique, était devenu le grenier du monde où tous les hommes s’approvisionnaient en nourriture grâce à une autre valeur de l’humanité : l’hospitalité.

        D’autres valeurs de l’humanité sont apparues dans cette circonstance historique, notamment : la non-violence, la gouvernance, l’épargne etc… ainsi que les sciences (les mathématiques : arithmétique et géométrie, l’économie, l’architecture, la comptabilité …).     

       Mais le récit des sept ans de sécheresse, bien que connu de tous, même des enfants, n’est enseigné ni dans nos écoles, ni dans nos universités parce-que cette histoire a été effacée.

2. Thèorie et mythe pour remplacer la naissance de l’humanité en Afrique  

Je viens de démontrer brièvement que les sciences sont nées en Afrique lors de la crise climatique des sept ans de sécheresse.

Cependant, le récit des sept ans de sécheresse a été effacé pour cacher le contexte historique de la naissance de l’humanité, en particulier les sciences, en Afrique. C’est ainsi qu’ « au cours de leur évolution, les sciences ont peu à peu gommé leur origine particulière » (Gérard FOUREZ, La construction des sciences, 2002, p.167). Par conséquent, « on a oublié les questions de la vie quotidienne qui ont donné naissance aux sciences » (Gérard FOUREZ, op.cit., p.167).

 De ce qui précède, « on durcit les approches scientifiques au point de gommer tout ce qu’elles ont de relativité historique » (Stengers, 1987). C’est à partir de la fin du XVIIème siècle que « l’écriture de la science reflètera cette distance par rapport à l’insertion historique » Gérard FOUREZ.    

     En effet, l’effacement de l’histoire de la naissance de l’humanité en Afrique a laissé un vide qui a été comblé par des théories et des mythes qui ont permis de cacher la vraie histoire de la naissance de l’humanité en Afrique. 

C’est ainsi que  la naissance de l’humanité en Afrique est étudiée jusque de nos jours sur base non de l’histoire mais plutôt d’une théorie : l’évolution.  La théorie de l’évolution énonce que l’humanité serait  née en Afrique suite à l’évolution du singe à l’homme.

Ainsi, le défi de l’Afrique est primo, de prendre conscience du fait que l’histoire de la naissance de l’humanité en Afrique a été effacée, secundo, de reconnaitre son histoire, celle de la naissance de l’humanité et de ses valeurs pour l’enseigner dans les écoles et les universités.