St Augustin Kinienzi

 L’union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) veut, à travers une pétition élever Etienne Tshisekedi au rang de héros national. la démarche est légitime mais la meilleure manière d’honorer cette icône serait de pérenniser sa pensée et son œuvre.

 En marge du 38ème anniversaire, André Badibanga, cadre de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), travaille sur une initiative. Celle de récolte 100 mille signatures à déposer à l’Assemblée nationale dans le but ultime de faire d’Etienne Tshisekedi un héros national.

Pour ce cadre de l’UDPS, le Lider Maximo mérite bien d’être élevé au rang de héros national pour le combat qu’il a mené durant des années pour l’avènement d’un Etat de droit en République démocratique du Congo.

« Nous avons besoin de ces signatures pour élever notre patriarche  Etienne Tshisekedi wa Mulumba au rang de héros national. Comme au Parlement, il faut déposer au moins 100 000 signatures, c’est pourquoi nous invitons tout Congolais qui se reconnait dans le combat d’Etienne Tshisekedi à s’associer à cette initiative pour qu’il soit élevé au rang de héros national au lieu qu’Etienne Tshisekedi soit réduit au rang de joueur qu’il occupe en tant que Grand Coordon dans l’Ordre des héros nationaux Kabila-Mulumba », a lancé M. Badibanga.

Tshisekedi mérite bien plus

Cependant, le chercheur congolais indépendant, Delphin Bateko, dans une réflexion intitulée « Pérenniser la pensée et l’œuvre d’Étienne Tshisekedi wa Mulumba », estime que « si les élites politiques congolaises n’ont pu valoriser la pensée de Patrice-Emery Lumumba et de Laurent-Désiré Kabila, c’est l’occasion, pour Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, de valoriser la pensée « État de droit » d’Étienne Tshisekedi, appelé ‘‘Ya Tshitshi’’ par ses partisans. Non pas parce que c’est son père mais parce qu’Étienne Tshisekedi a battu tous les records de longévité dans la lutte politique de la RDC. Il est resté le même jusqu’à sa mort avec le même message et le même esprit. Une lutte qui est devenue l’incarnation de son combat ».

A en croire ce chercheur, « Étienne Tshisekedi n’avait pas seulement, dans son sang, le droit et la politique mais surtout l’esprit de la science physique. Car il savait  quand parler et quel message adresser pour atteindre sa cible ».

Au fait, la physique est une discipline scientifique qui n’étudie que les phénomènes naturels. En réalité, la physique permet à tout être d’éviter les fatalités et surtout de respecter ses limites.  

      La nomination de Mgr Gérard Mulumba, frère du Sphinx de Limete, au poste de chef de la Maison civile du chef de l’État, croit savoir Delphin Bateko, est une ferme assurance pour la pérennisation de la mémoire d’Étienne Tshisekedi.

D’ailleurs, Mgr Mulumba, lui-même, disait que « Étienne Tshisekedi a été un cadeau exceptionnel de Dieu à notre pays ».

L’écriture est la plus grande invention de l’homme pour lui permettre de conserver sa pensée et surtout de parler avec des générations futures. Certes, Étienne Tshisekedi, de son vivant, n’a écrit ni ses mémoires, ni ce qu’il pensait de concepts «État de droit et démocratie ».

Pour ce qu’il n’a pas fait, il y a moyen de le réparer en recourant aux témoignages, aux écrits (journaux, archives administratives, livres) et à certains documents sonores existants. 

Cheminement de pérennisation

Pour pérenniser la pensée et la lutte d’Etinne Tshisekedi, Delphin Bateko propose un cheminement. Pour ce faire, suggère-t-il, la République démocratique du Congo devrait, avant toute chose, construire une unité documentaire (Service d’archives et un centre de documentation) pour recenser les documents sus-évoqués afin de les traiter bibliologiquement avant de les soumettre au public.

Il est aussi question de construire une école de formation relative à la pensée tshisekediste. Dans un tel projet, il faut associer les psychologues, sociologues, pédagogues, archivistes, bibliologues, historiens, bibliographes, muséologues, documentalistes, écrivains et journalistes scientifiques pour reconstruire le schème d’Étienne Tshisekedi Wa Mulumba afin de rendre sa pensée active.

      En République démocratique du Congo, la pensée des héros nationaux est utilisée seulement pour l’offensive diplomatique. Et non pour faire revivre ou expliquer, voire  inculquer à la population son combat. Mais personne ne l’a fait. Pour preuve : où pouvez-vous trouver des documents sur la lutte ou les discours de Patrice-Émery Lumumba et de Laurent-Désiré Kabila ? Comment les deux sont-ils devenus des héros nationaux ? Et qu’ont-ils fait pour le devenir ? Jusqu’aujourd’hui, la majorité des Congolais ne savent pas pourquoi Lumumba et Kabila sont proclamés héros nationaux.

      Il convient de souligner qu’en RDC, élever un homme au rang de héros national signifie fabriquer pour lui une statue et organiser régulièrement des messes d’actions de grâce en sa mémoire. Sans oublier le dépôt de gerbes de fleurs le jour de la commémoration de sa mort. L’UDPS ne doit pas tomber dans cette facilité si elle veut faire d’Etienne Tshisekedi une icône à la taille de Mahamat Ghandi, Nelson Mandela, Martin Luther King...