Jean-Raoul Lumpungu(lumpunguraoul@gmail.com)

Le mot « valeurs » a été retranché dans la citation « Afrique berceau de valeurs de l’humanité ». Ce constat motive  la présente réflexion. Qui a retranché ou gommé le mot « valeurs » dans cette citation et pourquoi ? Deux points sont analysés pour répondre à cette question : 1. Citation des humanistes de la renaissance 2. Détournement de la citation par les évolutionnistes.

1.Citation des humanistes de la renaissance

Le mot « valeurs » a été retranché dans la citation mis en titre. C’est la raison pour laquelle je l’ai mis entre parenthèse. Pour  répondre à la question qui a gommé ou retranché le mot « valeurs » de cette citation, il sied  apriori savoir qui en est l’auteur. Les humanistes de la renaissance sont les auteurs de la citation « l’Afrique est le berceau des valeurs de l’humanité ». Qui sont-ils ? A l’époque de la renaissance, «  ce sont les érudits versés dans la connaissance des langues et des littératures anciennes, considérées comme le fondement de la connaissance de l’homme ».

Ceci étant, ce sont «  les langues et les littératures anciennes » (et non les ossements des primates) qui ont permis  aux humanistes de la renaissance de découvrir que «   l’Afrique est le berceau (des valeurs) de l’humanité ». Pour comprendre comment ils sont arrivés à cette découverte,  il sied de restituer le contexte environnemental de l’époque.

1.1. Contexte

L’’Afrique a  longtemps été considérée  continent  « sauvage », sans humanité. Car, au temps de la traite des noirs du VIIIème siècle (traite arabe) au XVème et XIXème siècle (traite occidentale) soit près de mille ans, les noirs sont considérés comme des singes. C’est ainsi que les noirs étaient vendus au même titre que les autres bêtes  (vaches, chevaux…).

Ceci étant, les noirs enchainés et marqués au fer comme du bétail, sont présentés comme des animaux sauvages qui se nourrissent de chair humaine. Ils doivent être dressés.  Durant cette période, tous ceux qui voyageaient en Afrique sont accueillis à leur retour en Europe comme des héros qui ont bravé le continent « sauvage », continent des mangeurs d’hommes.

Cependant, vers le XVIème siècle, un groupe d’homme, les humanistes de la renaissance, découvre grâce aux textes anciens, notamment les archives des anciens grecs puis  la Bible en langue grecque, que l’Afrique n’est pas un continent sauvage ou des mangeurs d’hommes.

1.2. Afrique terre d’hospitalité

En effet, les humanistes de la renaissance ont découvert dans la Bible, jadis interdite, que l’opinion sur l’Afrique « sauvage » est erronée. Car, les récits d’Abraham, d’Isaac, de Jacob bref de 430 ans de présence juifs en terre africaine, attestent que l’Afrique est une terre d’hospitalité. Et que les africains sont altruistes, bienveillants.

Car, chaque fois qu’il y avait famine durant l’antiquité, les populations se réfugiaient en terre africaine. Même Jésus-Christ, quand il était recherché par Hérode, s’était réfugié avec ses parents  en terre africaine.

C’est ainsi que les humanistes de la renaissance découvrirent que «  l’Afrique est le berceau des valeurs de l’humanité ». En d’autres termes, les  valeurs de l’humanité sont nées en Afrique : la solidarité, l’hospitalité, la non-violence… Cependant, le mot « valeurs » sera retranché de cette citation par qui et pourquoi ? La question est abordée au point suivant.

 2. Détournement de la citation par les évolutionnistes

Qui sont les évolutionnistes ? Ce sont les partisans de l’évolution, théorie qui énonce que l’homme apparue en Afrique est un singe qui a « évolué » en acquérant la parole et une posture droite : le « singe debout ». En d’autres termes, les évolutionnistes sont les tenants de la thèse de l’Afrique « sauvage», idéologie véhiculée par la théorie de l’évolution.

2.1.Thèorie de l’évolution : une caricature

        Pour les évolutionnistes, l’homme apparue en Afrique était singe qui n’avait la capacité crânienne de produire  ni les sciences ni les valeurs de l’humanité. Par conséquent, les évolutionnistes ont retranché ou gommé le mot « valeurs » dans la citation qui est devenue « Afrique berceau  de l’humanité » au lieu de « Afrique berceau (des valeurs) de l’humanité ».

      En retranchant le mot « valeurs », cela leur a permis  de donner un autre sens à la citation. Cette initiative a bénéficié de l’appui de l’Europe politique qui a soutenue à la conférence de Berlin que l’Afrique, continent « sauvage » n’a pas des valeurs. D’où l’option d’apporter la « civilisation » ou « l’humanité » en Afrique.

2.2.Financement des évolutionnistes par l’Europe politique

En effet, l’Europe politique, réunis à la conférence de Berlin, avait un projet : coloniser l’Afrique. La théorie de l’évolution s’avéra être une idéologie qui permit aux politiques européens de justifier la colonisation de l’Afrique en faisant prévaloir la thèse de l’Afrique « sauvage » ou « des mangeurs d’hommes ». D’où l’option d’apporter la « civilisation » en Afrique « sauvage ». Voilà comment la théorie de l’évolution a été légitimée.

Ainsi,  l’Europe politique adopta, à la conférence de Berlin, la théorie de l’évolution comme seule  explication de la naissance de l’humanité en Afrique dans l’enseignement, et décida de financer l’enseignement de la théorie de l’évolution et les recherches des fossiles ou ossements des primates en Afrique, preuves que les africains sont des singes. Ce qui consolida la suppression du mot valeurs dans ladite citation.